Travaux en copropriété, comment bien les gérer ?

Tôt ou tard, le besoin en rénovation peut se ressentir pour un bien en copropriété. Dans ce cas, l’évaluation ainsi que la validation des travaux de rénovation de ce type de bien doivent faire obligatoirement objet d’un vote en assemblé général. Chaque copropriétaire s’engage sur sa quote-part dans le bien. Et pourtant, ce partage des charges financières n’empêche pas que les sommes à verser puissent être importantes.

Comment gérer les travaux en copropriété ?  Comment faire si n’on ne peux pas payer ? Nous répondons à toutes ces questions dans cet article.

La possibilité de verser sa participation en 10 annuités légales

Pour certains copropriétaires, il est possible de régler les frais de rénovation sur 10 ans. Mais attention, pour ce faire, il faut avoir voté « contre », s’être abstenu ou encore avoir été absent et non représenté pendant le vote.

En outre, il faut adresser une demande par lettre recommandée pour prétendre à ce genre de facilité de financement. L’accusée de réception de la demande servira de date de départ pour comptabiliser le respect des délais légaux. A titre d’information, elle doit être faite au plus tard le mois de l’appel de fonds.

Ce sont les autres copropriétaires qui se chargeront de régler les parts de ceux qui ont demandé un échelonnement de leur dû sur 10 ans. Pour ce faire, ils peuvent contracter un prêt au nom de la copropriété.

Attention cependant, il n’est possible de passer par ce genre de démarche que pour les grands travaux dans l’immeuble. Les entretiens réguliers, tels que la peinture et le ravalement de façade entrent dans le budget annuel de la copropriété.

L’échelonnement des frais a un coût

Mais attention, même si le principe d’annuité peut vous sembler intéressant et peut vous apaiser les charges, il ne faut pas oublier que cela vous engage au règlement des taux d’intérêts des prêts contractés au nom de la copropriété. Ce dernier devra être réglé dans chaque versement, comme un emprunt classique auprès de la banque. Votre quote-part vous reviendra alors plus cher que lorsque vous payez comptant.

La question est : si la copropriété se passe d’un crédit bancaire, comment se fixent les taux d’intérêt ? En effet, même si les fonds sur 10 ans sont reversés sont tirés de la comptabilité de la copropriété, vous devriez toujours un taux d’intérêt. Ce dernier se calculera en fonction du taux légal. Comme garantie, une hypothèque légale sur la part du copropriétaire en question peut être demandée par le syndic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *